Badasseries

#thesheronextdoor : Emma Chupin, créatrice de Améupcinh

Interview avec Emma Chupin, fashion designer basée à Paris, créatrice de la marque Améupcinh

Allons à la rencontre d’Emma Chupin, 24 ans, designer textile qui, il y a deux ans, a créé sa marque: Améupcinh. Elle combine sa passion avec une autre activité de bibliothécaire à raison de 3j/semaine. Une vraie badass girlboss inspirante!

 

ea120271-1a7b-4075-8b7f-e5331dfe3144

Comment t’es-tu lancée dans l’aventure?

L’aventure a commencé il y a deux ans. J’ai présenté et développé ma marque Améupcinh dans ce qu’on appelle une “couveuse” ou “incubateur”.  Il s’agit d’un lieu qui accueille et accompagne les jeunes entreprises. Après avoir reçu des conseils avisés sur la faisabilité de mon projet, l’état du marché, mes idées et mes créations, je suis passée à l’étape concrète du lancement de mon commerce.

D’où te vient cette passion pour la mode et comment définies-tu ta ligne de créations?

Je me suis passionnée pour la mode et son Histoire après plusieurs voyages avec mon père qui était artiste peintre. Il récoltait des argiles et des pigments à travers les continents pour réaliser des couleurs et des textures improbables. De la même manière, j’ai largement puisé mon inspiration durant mes voyages, à la rencontre de diverses ethnies et de traditions textiles. C’est en rentrant en France que je décide d’entreprendre des études de Sociologie de la Mode. Cela m’amène à prendre pour référence des écrits de Frédéric Monneyron, Guillaume Ernet et bien évidemment James Laver. En fréquentant la bibliothèque de l’IFM j’y découvre des archives et des ouvrages qui ont largement orientés mon travail, tel que l’Étoffe au fil des Civilisations de Nicole Renau, L’Art du Tapa du paléo-ethnologue Emmanuel Anati, et bien d’autres encore.

C’est naturellement qu’en 2016, j’imagine ma première collection composée de 7 robes, toutes inspirées de tenues traditionnelles. À chaque robe son inspiration : une allusion au volant des jupes Rotkia, une évocation du Boubou par sa coupe rectangulaire …

J’affectionne tout particulièrement les styles aux lignes épurées, minimalistes, aux volumes,  à l’esthétique contemporaine et c’est ainsi que je définis mes créations.

4837758f-06e5-401b-820c-c02248a20fbe

Quels ont alors été les obstacles et difficultés que tu as rencontrés?

Ce n’est pas évident de se frayer un chemin dans le monde de la mode, surtout à une ère de la fast fashion, qui encourage de plus en plus la production low cost. Quand on veut collaborer avec un magasin, il faut céder au moins 30% du prix de vente, ce qui rend les affaires trop difficiles pour une créatrice comme moi qui produit des pièces limitées et qui y met beaucoup de temps.

Travailler seule est assez contraignant. Il n’est, par exemple, pas toujours évident de se déplacer. Se créer une place sur le marché n’est pas aisé, mais pas impossible. On a, en effet, la chance de vivre à l’ère digitale, où les réseaux sociaux constituent un vrai coup de pouce, avec la possibilité de créer une vraie petite communauté de personnes soucieuses d’acheter éthique et local, des personnes qui m’ont d’ailleurs soutenue dès le début de l’aventure. Aussi, j’ai un BTS en Communication, ce qui m’a beaucoup aidée à gérer la comm’ sur les réseaux, notamment Instagram, une plateforme incontournable et remarquable pour les créateurs et artistes.

Qu’est-ce qui t’a alors motivée à franchir le pas?

J’ai travaillé dans la vente pendant 1 an chez Zara et je n’ai pas supporté de voir des kilos de vêtements maltraités et gaspillés. J’y ai vu une image dégradante de la mode, la “fastfashion”. On crée des “acheteuses compulsives”, consommatrices d’une mode jetable, sans parler du traitement des pauvres ouvrières exploitées un peu partout dans le monde. Je trouve regrettable de traiter la mode de cette manière. Je conçois la mode tellement différemment. C’est d’abord l’art de créer et de partager. C’est tellement magique de voir le fruit de son dur labeur porté par des femmes qui apprécient et subliment votre travail. J’ai donc eu l’idée de créer Améupcinh, pour contrebalancer ce phénomène et surtout apporter une autre perspective: la fashion éthique et ecofriendly.

5c4ac194-1aa8-4cf4-bbef-42d5683571bb
Je conçois la mode tellement différemment. C’est d’abord l’art de créer et de partager. C’est tellement magique de voir le fruit de son dur labeur porté par des femmes qui apprécient et subliment votre travail. J’ai donc eu l’idée de créer Améupcinh, pour contrebalancer ce phénomène et surtout apporter une autre perspective…

Une fashion éthique et ecofriendly? Tell me more, tell me more ^^

Je récupère en effet des tissus jetés par des grandes marques françaises et j’en réalise des créations uniques et donc locales. Ce qui me passionne également c’est que cela pousse la cliente à la réflexion lors de l’achat. Si la cliente me dit “je vais réfléchir”, cela veut dire qu’elle tiendra à garder longtemps son achat.

Je privilégie la vente directe de mes pièces uniques, vu que je réalise tout de mes propres mains, les collections sont limitées (sur 1 modèle, par exemple, je peux créer 3 pièces).

Quels conseils donnerais-tu à celles et ceux qui voudraient se lancer?

Malgré les difficultés du métier, lorsqu’on est passionné, on est prêt à tout pour poursuivre ce à quoi on aspire, et ce qui a du sens et nous rend heureux. Dès qu’on a une idée, je conseille d’y passer du temps. Et si vous avez peur de l’investissement, commencez petit et entourez-vous des bonnes personnes qui sauront vous conseiller au mieux.

Et enfin, cultivez toujours cette passion qui vous anime, elle est le moteur de votre activité.

e4f4605d-ecde-4569-962d-1c2220c6a725

Merci à Emma d’avoir partagé avec nous son univers et son parcours, je lui souhaite tout le succès qu’elle mérite!

N’hésitez pas à visiter son site web 

Ainsi que sa page Instagram

Rédaction: @aamalymag

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s